v.02  n.02  2018
Démocratie et Périphérie
v.02  n.02  2018
Démocratie et Périphérie
Peripheries Invite
Redes da Maré – Le Festival WOW comme possibilité de réunir la force des femmes sur la scène contemporaine

Eliana Sousa Silva

Traduction: Debora Spatz
Photos: Douglas Lopes, Gabi Herrera et Jessica Pires

Le Festival Femmes du Monde ou Women of the World, WOW est une initiative créée par la directrice artistique Jude Kely, dès son arrivée à la direction du Centre Culturel appelé Southbank Centre, à Londres, dans lequel elle a travaillé durant plus d’une décade. Depuis sa création en 2010, le Festival WOW se place comme une plateforme de dimension globale dans l’optique du renforcement des questions qui affectent la vie des femmes dans le monde. WOW a déjà eu lieu dans 20 pays, que ce soit en Europe, en Asie et en Afrique. En Amérique Latine, la première édition a eu lieu à Rio de Janeiro, au Brésil.

Foto: Festival WOW

Le Festival Femmes du Monde a été créé avec des objectifs clairs : (a) reconnaître les victoires de filles et de femmes à partir de l’expression de leurs voix et de leurs visions en partageant leurs rêves, leurs peurs et leurs luttes, (b) encourager la création d’un espace sûr, ouvert et divers où le premier rôle féminin est la tonique prédominante pour la construction de changements d’attitudes qui doivent se produire dans le domaine de l’équité de genre et (c) célébrer la dimension de ce que c’est d’être femme dans le monde contemporain en mettant l’accent sur les conquêtes et les stratégies de luttes.

Le Festival Femmes du Monde étant un espace qui connecte les agendas de filles et de femmes, d’abord dans l’optique d’une ville, dans un dialogue qui les relient à l’échelle du pays et du monde, tous les efforts pour créer une méthodologie qui puisse représenter ce qu’il y a de spécifique et commun dans ce processus ont été mis en place. C’est dans cet entendement que le Festival WOW se constitue et se place, en prenant en compte sa propre expérience, comme un parcours obligé considérer certaines exigences.

L’une de ses obligations est le fait que lorsqu’il arrive dans un autre pays, le Festival WOW doit être pensé à partir de l’articulation d’une ou plusieurs femmes qui ont déjà travaillé dans des projets volontaires liés aux causes [défendues par le festival]. Dans le cas de Rio de Janeiro, le partenariat pour la réalisation du Festival WOW a eu lieu après un accord entre le Southbank Centre, la Fondation WOW et le réseau Redes da Maré, une institution de société civile qui a une longue trajectoire au sein du plus grand ensemble de 16 favélas de la ville, où vivent environ 140 000 personnes, la Maré.

Le réseau Redes da Maré a été créé par des habitants et habitantes d’une des 16 favélas de la Maré, dans une perspective de construction d’un projet de moyen et long terme qui a pour objectif d’améliorer la vie de la population de la région. Le travail se fait donc de manière articulée, à partir de cinq axes complémentaires : l’éducation, l’art et la culture, les mémoires et les identités, le développement territorial et la sécurité publique.

Jessica Pires

Foto: Jessica PiresLe Festival Femmes du Mondes, WOW, s’insère donc dans le contexte de travail du réseau Redes da Maré, dans l’axe de développement territorial, dans le dialogue avec l’un de ses projets la Maison des Femmes de la Maré. L’un des objectifs prioritaires de cet espace est d’agir pour la diminution des inégalités territoriales par rapport à la vie des femmes qui vivent dans les 16 favélas de la Maré, celles-ci représentent 52% de la population.

En créant le partenariat pour l’organisation effective du WOW/RJ avec une institution originaire de la favela, l’engagement pris sur le fait de penser à l’organisation du Festival, en prenant en compte la demande de travailler pour le développement de femmes de la périphérie en construction dans ce projet, était clair.

De manière générale, la logique de construction du Festival Femmes du Monde à Rio de Janeiro a pris en compte, comme dans d’autres pays, des aspects qui ne peuvent manquer à l’organisation d’un Festival WOW. En d’autres termes, des dimensions comme les dialogues, les productions artistiques et culturelles, l’entreprenariat, les activismes sociaux des femmes. Le programme général a donc été organisé à partir de cette logique.

En plus de ça, le processus de construction de l’organisation s’est fait de manière méthodologique qui a réuni, dans le cas du Festival WOW/RJ la réalisation de (i) cinq groupes de réflexion qui ont réuni des femmes, des adolescentes, des jeunes, des femmes adultes et mûres, de différents segments sociaux et parties de la ville de Rio de Janeiro. Les rencontres ont visé à débattre des thématiques importantes qui ont été essentielles pour la constitution du groupe de dialogues mis en place durant les trois jours du Festival. (ii) le relevé des initiatives créées par des femmes. Des collectifs, des ONG, des mouvements sociaux, des pouvoirs publics ou des expériences individuelles tournées vers l’action de femmes et de filles ont été identifiés. Une base de données avec les informations d’un réseau important qui agit autour de questions liée à la vie des femmes, prioritairement à Rio de Janeiro a été formée. (iii) La création de partenariats pour la créations de ressources matérielles et humaine qui ont garanti la première édition du Festival au Brésil. Il est important de mettre en avant, ici, l’appui du Conseil Britannique au Brésil, qui, depuis la définition de la réalisation du Festival WOW à Rio de Janeiro, a mené des efforts pour garantir des ressources permettant la pré-production du Festival, et par la suite, la prise en charge d’une partie des activités prévues pour le rendez-vous à proprement parlé.

 

 De cette façon, l’organisation a considéré l’attribution et l’importance de la production par des femmes de divers domaines connaissance, qu’ils soient traditionnels ou scientifiques. On a alors cherché à mettre en avant non seulement la lecture critique de l’inégalité entre les genres, mais également à renforcer la grande contribution des femmes dans l’histoire de l’humanité et dans la construction d’un monde meilleur pour toutes et tous. En principe, ces six grandes étapes ont guidé le programme final du Festival WOW/RJ :

(a) Sciences | savoirs | technologie | innovation | éducation|
(b) Questions ethnico-raciales | racismes | xénophobies
(c) Pouvoir | politique | féminismes
(d) Représentations | normativités | genre | corporéité
(e) Justice | liberté | égalité
(f) Travail | autonomie | bien-être

Le travail de préparation du Festival WOW/RJ, qui a pris 18 mois jusqu’à la réalisation, a été fondamental pour articuler, mobiliser et garantir la diversité de différentes voix et perspectives de ce qu’est être femme dans le monde contemporain. La forte présence de femmes des périphéries a attiré l’attention lors du Festival WOW/RJ, qui, tout comme celles d’autres origines, ont pu mettre en place des échanges, être étonnées et aussi, reconnaître les aspects quels ont en commun.

WOW est un festival. Il n’a pas été pensé de manière à se dérouler sous la forme d’une conférence ou d’un colloque. Il n’est pas non plus un événement qui réunit des parrainages. Le Festival WOW/RJ a été rendu possible dans une logique qui a rassemblé des partenariats de différentes institutions qui ont en commun l’objectif d’avoir un impact positif sur la scène de l’égalité entre hommes et femmes. Nous vivons une époque durant laquelle nous devons unir nos forces et reconnaître le pouvoir et le rôle stratégique des femmes pour changer le monde. Nous connaissons la gravité et le sérieux des problèmes vécus par les femmes du pays, ainsi, le plus grand désir a été celui de construire un lieu accueillant, de respect, d’échange et aussi de joie et de célébration.

Eliana Sousa Silva
Directrice du Réseau da Redes da Maré
Organisatrice du Festival WOW/RJ

RETOUR AU HAUT